Caméras des Champs 2021
logofacebook1a1a
logotwitter1a1a
item2d
item1a
Plogoffmonamour02

22 ème

Edition en ligne sur la plateforme

noozy1
Plogoffmonamour00
item2d1
item6a1a1c1a1
AffichePlogoff1

C’est un lieu commun de dire qu’on a toujours la possibilité de glisser la poussière sous le tapis. Hop, un petit coup comme ça, vite fait, loin des regards, personne n’a rien vu !

Oui, mais ! Là, dans ce coin perdu, loin des foules et des grandes concentrations, vivent des hommes et des femmes, des familles, des ruraux. Là, dans ces espaces peu peuplés, coulent des rivières, poussent des forêts et vit toute une faune et une flore qui ne demandent rien et qui, fragiles, n’attendent surtout pas qu’on vienne perturber leur équilibre déjà fortement menacé par les changements climatiques.

Les décideurs voient tout cela de loin, comme on regarde des espaces vides sur les cartes des aménageurs du territoire. « Ben, là, ce serait pas mal, il n’ y a personne ou si peu… ».

Justement, les « si peu », les autochtones, les indigènes, les plus anciens ou les nouveaux installés qui ont choisi de vivre dans ces espaces, si peu qu’ils sont, ne veulent ni de déchets, ni de centrales, ni d’usine polluantes…

Alors sont-ils des « nymbistes » (pas de ça dans mon jardin), des égoïstes, des passéistes qui rêveraient du bon vieux temps, et refuseraient le progrès ?

Oui, mais, et s’ils avaient des solutions alternatives ?

Et si, enfin, l’intérêt général passait devant l’intérêt de quelques-uns ? Et si leur refus, leur combat, était le premier pas de la rupture préparant la réflexion pour une autre société. Et si le combat collectif pour dire NON, en associant les énergies conscientes, inaugurait une autre manière de voir la vie !

logovideo1